Point sur les prothèses mammaires PIP

Pas risque accru pour la santé mais confirmation d’un risque plus important de rupture de l’implant

 Selon un récent rapport du département de santé de Grande Bretagne (Department of Health) intitulé « Final expert report on PIP breast implants published », divulgué le 18 juin dernier, actuellement, il n’y aurait toujours aucune preuve démontrée sur un risque accru pour la santé des femmes porteuses d’implants PIP.

 Dans ce rapport,  une étude portant sur plus de 240 000 implants PIP retirés chez 130 000 femmes ayant eu une augmentation mammaire par ce type de prothèse a confirmé que ces prothèses ne présentaient pas plus de risques pour la santé que les autres implants mammaires, et notamment qu’il n’y avait aucune preuve sur l’augmentation de survenue de cancers du sein . Par contre, il a été clairement établit que le risque de rupture est plus élevé, environ 2 fois plus que pour les autres implants  (15 à 30% après 10 ans, contre 10 à 14 % pour les implants conformes).

Ce rapport prône de ce fait des mesures de précautions :

– La vérification auprès du chirurgien plasticien de l’origine des prothèses mises en place.

– une surveillance régulière des implants.
En France l’Afssaps (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) conseille aux patientes qui ne souhaitent pas de retrait ou de changement d’avoir un suivi échographique régulier (tous les 6 mois) . Elle recommande à toute femme qui le souhaite d’avoir recours à un retrait ou changement préventif si elle le désire. 

Le retrait des prothèses PiP est pris en charge par la sécurité sociale depuis le 20 janvier 2012.


Dr David PICOVSKI  – chirurgien spécialiste en Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique – http://docteur-picovski.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Privacy Policy Settings