Traditions des naissances dans les différentes religions 2

Suite du sujet « les traditions de la naissance à travers la religion » partie 2; Bébé dans le judaïsm

Traditions des naissances dans les différentes religions chapitre 2

Continuons notre découverte des cérémonies pour les naissances dans les religions.

Bébé dans le judaïsme
La brit-milah,la circoncision, s’effectue lors d’une cérémonie appelée « shalom zokhor »,pendant laquelle on va réciter des psaumes, dans le ventre de sa maman l’enfant a appris toute la Torah, mais avant la naissance un ange l’a frappé au-dessus de la lèvre supérieure ce qui lui a fait tout oublié, on commence donc a lui réapprendre pour sa vie d’étude future. La cérémonie a lieu le 8e jour, si le petit garçon est en bonne santé, la circoncision fait référence a Abraham qui s’est circoncis lui_même à l’âge de 99ans quand il a compris l’existence de Dieu; il venait d’une religion polythéiste, et en s’interrogeant sur les forces de la nature il a pensé qu’il y avait quelqu’un qui dirigeait tout,Dieu.Il a donc voulu sceller une alliance avec dieu par la « brit milah ».Selon la genèse Dieu dit à Abraham; « Voici mon alliance que vous garderez entre toi et ta descendance après toi; tout mâle sera circoncis…mon alliance dans votre chair deviendra Alliance éternelle. »

La cérémonie s’effectue à la synagogue ou à la clinique,on réunit 10 hommes et 1 mohel,circonciseur,qui enlève le prépuce du pénis de l’enfant. À la synagogue,le parrain (sandaq) s’assoie sur une chaise appelée « la chaise du prophète Elie » c’est lui qui tiens l’enfant lors de la brit milah,la cérémonie introduit l’enfant dans l’alliance entre Dieu et Abraham.Les femmes ne sont pas présentes lors de la cérémonie. C’est un épisode assez dur pour la maman (et je la comprends lol)

Ce n’est pas parce qu’on n’est pas circoncis que l’on n’est pas juif,on l’est du moment où l’on nait d’une mère juive.La circoncision peut s’effectuer ultérieurement.

Le Pidyon Ha-Ben est une seconde étape peu connue qui consiste au rachat du nouveau-né.Pour avoir le droit de rester à la maison, le garçon ainé doit être racheté par le père. Un mois après la naissance on rassemble une dizaine de personnes de la famille et on fait venir un Cohen (prêtre) qui va donner au père qui rachète son fils 5 pièces d’argent (39,5€) contre une somme convenue à l’avance. Le papa dit « je rachète cet enfant au Cohen pour une telle somme » et le Cohen dit « oui, je suis d’accord » et il y a échange d’argent en présence du bébé.C’est une cérémonie rare, il faut déjà que ce soit un premier fils et que l’enfant soit le premier né de la mère, que celle-ci n’ait eu de fausses couches et n’a pas accouché de l’enfant par césarienne.

Pour une fille, le nom sera donné dans la semaine par le père.

En Alsace une cérémonie a lieu au 3 ans du garçon, il apporte à la synagogue une bande de tissu avec inscrit dessus son nom, prénom et les voeux que l’on lui souhaite, il va enrouler ce tissu autour de la Torah, ce tissu est appelé une Mapa .A partir de cet âge également le petit garçon porte ce qu’on appelle les Tsitsits, des franges qui sortent du pantalon, le tsitsith à une valeur numérique de six cents, il a 8 fils et 5 noeuds, ce qui fait une valeur de 613 (ne me demandais pas comment cela se calcule lol), et dans la Torah il y a 613 commandements.

Lire aussi bébé en Islam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Privacy Policy Settings