Il faît la grimace devant son assiette de soupe ?

Votre bambin fait la fine bouche devant son assiette de soupe ? Pourtant, il suffit de quelques idées pour lui faire changer d’avis en un tour de main.

Votre bambin fait la fine bouche devant son assiette de soupe ? Pourtant, il suffit de quelques idées pour lui faire changer d’avis en un tour de main. Plat complet par excellence, la soupe se prête à toutes les fantaisies pour mettre les petits en appétits…

On le sait : la soupe en fait pas grandir !

À défaut de faire pousser de quelques centimètres, elle développe le goût de bébé et préserve sa santé tout en le maintenant en forme.

Souvent comme tous les enfants, il peut se montrer méfiant vis-à-vis des aliments qu’il ne connaît pas. Vous pouvez commencer par lui donner un biberon de soupe à partir du sixième mois. Si vous l’allaitez exclusivement au sein, vous pouvez lui proposer directement des légumes cuits mixés à la cuillère. A cette occasion, il va découvrir une nouvelle texture légère ou plus onctueuse que le lait et une diversité de choix de végétaux. Il est donc essentiel de l’orienter progressivement vers cette variété de couleurs et de saveurs pour mettre en place, avec lui, les bases d’une alimentation équilibrée. Et ce, d’autant plus que chaque aliment possède une valeur nutritionnelle spécifique. Avec une pincée d’originalité et une dose de bonne humeur, vous arriverez à faire apprécier à votre enfant la soupe qu’il avait tendance à refuser au premier abord.

 

Commencez par proposer à votre bébé les légumes les plus doux au goût : carotte, courgette, haricot vert, épinard, petit pois… Ajouter ensuite à l’ensemble un peu de pomme de terre qu’il connaît peut-être déjà sous la forme de purée. Ensuite, faites-lui découvrir des saveurs plus typées voire corsés : oignons, chou-fleur, choux, blanc de poireau, navet, courge, potiron…

 

Voilà autant de bonnes façons de le familiariser avec les végétaux de la soupe. « Les légumes risquent d’être mal acceptés par le tout-petit si leur préparation n’est pas adaptée à ses possibilités physiologiques de mastication » prévient Sophie Pedrosa, diététicienne de l’Agence pour la recherche et l’information des fruits et légumes frais.

 

Aussi, n’hésitez pas à les mixer ou les hacher très finement pour la préparation des ses potages. Lorsque votre enfant est capable de bien mâcher, vous pouvez alors couper les légumes en très petits dés en mélangeant leurs couleurs. Il suffit ensuite de les faire cuire à point, de préférence à la vapeur et d’adoucir l’ensemble avec un peu d’huile végétale, une pointe de crème fraîche ou une petite noisette de beurre La consommation de soupe est essentielle à la santé de votre bambin. « Il a avant tout besoin de micronutriments des légumes pour l’aider à grandir. Ces éléments non-énergétiques sont importants pour le bon fonctionnement et la croissance de chacun de ses tissus », indique Sophie Pedrosa.

 

L’association de légumes différents dans la soupe permet une meilleure efficacité de leurs vitamines dans l’organisme de l’enfant. En effet, tous les végétaux sont sources de vitamine C qui permet de couvrir ses besoins quotidiens. Ce micronutriment permet le bon fonctionnement de ses défenses immunitaire (rôle anti-infectieux), l’assimilation du fer (rôle anti-anémique) et la synthèse du collagène (structure des os, cartilages…) indispensable à sa croissance. Les végétaux de couleurs rouge, orangée ou verte contiennent aussi des caroténoïdes. Certains d’entre eux comme la béta-carotène se transforment dans l’organisme en vitamine A, également nécessaire à la croissance

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Privacy Policy Settings