L’art de communiquer

Si l’art de la communication n’est pas votre point fort, quelques pistes pour être plus à l’aise!

L’art de communiquer

Si l’art de la communication n’est pas votre point fort, voici quelques pistes pour être plus à l’aise dans ce domaine.

  • Lancer une conversation

Lors d’une soirée, on vous présent quelqu’un que vous n’aviez encore jamais rencontré. Pour commencer une conversation, sans laisser de « blanc  » source de malaise, vous pouvez commencer par des questions simples : comment elle a connu l’hôte de la soirée, d’où elle est originaire, où elle a acheté sa jolie robe… Peu importe le sujet, n’ayez surtout pas peur des banalités !  

Tout est une question de musique, de mélodie : vos paroles doivent être agréables à l’oreille. Pour cela, essayez de capter le ton de votre interlocutrice et de le reproduire. Le but : la mettre à l’aise en partageant son humeur.

A condition de l’assumer, ayez toujours sur vous un accessoire visuel, qui attire l’attention : un collier XXL, un chapeau, des lunettes flashy… Cela pique la curiosité de votre interlocuteur et constitue un sujet de conversation tout prêt, sur lequel il n’hésitera pas sauter. Pratique !

  • Se mêler à une discussion

Au lieu de rester seule près du buffet en tête-à-tête avec votre coupe de champagne, réussir à vous infiltrer dans ce petit groupe qui a l’air de bien rigoler. Le hic ? Vous ne connaissez personne.

Surtout, ne vous incrustez pas dans le cercle constitué en interrompant la conversation pour vous présenter. Le risque : passer pour une malotrue et couper court à la discussion.

Approchez-vous discrètement du groupe et « écoutez aux portes ». En clair : tentez, l’air de rien, de saisir des bribes de la conversation.

Au premier prétexte, immiscez-vous carrément dans la discussion : « Excusez-moi, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre que vous parliez du dernier Woody Allen. Quelqu’un l’a vu ? Vous me le conseillez ? J’hésitais justement à aller le voir… »

Vous sentez que la conversation du groupe s’enlise, et vous êtes en panne d’inspiration ? Utilisez « le truc du perroquet ». Le principe : répéter les derniers mots prononcés par votre interlocuteur, de façon à renvoyer la balle dans son camp pour alimenter la discussion. Exemple : Lui : « Hier soir, on a mangé au restaurant. » Vous : « Au restaurant ? » Lui : « Un petit resto italien qui sert des antipasti incroyables. » Vous : « Des antipasti ? » Lui : « Oui, ils font de délicieux légumes marinés« , et ainsi de suite… 

  • Faire les présentations

Ce soir, c’est votre anniversaire, et vous tenez à ce que tout le monde s’amuse, même votre vieux copain JC qui ne connaît personne. Votre mission ? Le présenter à quelques invités bien choisis avec lesquels il pourra sympathiser.

Evitez de vous contenter d’un simple : « Charlotte, je te présente Jean-Christophe, Jean-Christophe, voici Charlotte » puis les laisser en plan. Difficile ensuite pour eux de trouver un sujet de conversation !

Lorsque vous faites les présentations, fournissez à vos amis une amorce de discussion. Démonstration : « Charlotte, je te présente Jean-Christophe. C’est un Breton pur jus ! Jean-Christophe, voici Charlotte, mon amie vétérinaire. » Grâce à ces quelques détails personnels, Charlotte et JC pourront embrayer sur la recette du kouign amann, la météo à Saint-Malo, les différentes races de chien ou les maladies vénériennes du chat.

Préciser le métier des personnes que vous introduisez n’est pas une obligation. Et ce n’est pas toujours opportun. Si vous préférez, vous pouvez mentionner leur hobby ou leur talent. Ensuite, libre à vous de participer à la conversation ou de vous éclipser.

  • Parler de son métier

99% des gens que l’on rencontre nous posent systématiquement la question : « Et vous faites quoi dans la vie ?« . Autant se tenir prête à y répondre correctement, de façon à saisir les opportunités professionnelles que pourrait engendrer cette conversation…

Evitez de vous contenter de citer tout bêtement votre métier : « Je suis agent immobilier« . Vous ne tirerez aucun bénéfice de cette réponse, car elle est laconique, générique et impersonnelle. Votre interlocuteur l’aura certainement oubliée dans les 10 minutes.

Comme vous le feriez pour votre CV, adaptez votre discours à votre interlocuteur en résumant, en une phrase ou deux, les avantages que vous pouvez lui offrir. Ainsi, ne dites pas « Je suis conseiller financier » mais « J’aide les gens à placer leur argent« . Résultat : votre réponse est plus vivante, plus concrète et marquera davantage les esprits. 

Cette technique est également valable pour le reste : vos passions, vos qualités, vos activités… Pour donner envie aux gens de sympathiser, présentez votre vie sous un jour positif, susceptible de les intéresser.

  • Savoir flatter

Exprimer son admiration sans arrière-pensée, faire un compliment gratuit et sincère à son patron, sa collègue, son amoureux, sa copine.

Evitez de complimenter directement la personne lorsqu’elle est en face de vous. Vous risquez de passer pour une vile lèche- bottes intéressée.

Soyez subtile, misez plutôt sur le bouche-à-oreille et adressez-vous à un proche de la personne à complimenter. Allez dire à Sophie de la compta que vous trouvez que Nathalie, sa copine du marketing, s’est montrée hyper brillante lors de la dernière réunion. Le message sera transmis à coup sûr lors de la prochaine pause café. Non seulement la personne flattée se sentira valorisée, mais elle aura en plus l’impression que vous cherchez à donner une bonne image d’elle. Elle vous en sera doublement reconnaissante. C’est tout bénéf !

Si vous n’avez pas envie de passer par un « messager », vous pouvez aussi flatter sans en avoir l’air. Au détour d’une phrase, glissez discrètement quelque chose de flatteur dans la partie accessoire de votre propos. Exemple : « Toi qui a un goût très sûr en la matière, peux-tu me dire ce que tu penses de mes nouveaux escarpins ? »

  • Obtenir ce qu’on veut

Obtenir une faveur, un service ou toute autre réponse positive de la part de votre interlocuteur. Exemples : vous demandez votre lundi à votre chef, vous invitez votre copine Julie à dîner, vous aimeriez que votre mari garde les enfants samedi soir ou qu’un passant vous indique votre chemin.

Pensez à sa place. Parlez non pas de vous, mais de lui, en utilisant la 2e personne : « Chef (ou Monsieur), est-ce que VOUS pourriez vous passer de moi lundi prochain ? » Question de fierté, il répondra forcément par l’affirmative ! D’une manière générale, abusez du TU ou du VOUS dans vos demandes. Non seulement vous captez instantanément l’attention de votre interlocuteur, vous jouez sur sa fierté, mais en plus, vous lui évitez d’avoir à interpréter votre sollicitation pour savoir en quoi elle pourrait l’affecter. 

Ce genre d’astuce vaut également pour tourner vos compliments. Votre chéri se sentira davantage flatté si vous lui dites « Tu es canon dans ce pull en cachemire » plutôt que « J’aime ton pull en cachemire« .

  • Savoir remercier

Evitez de dire simplement « merci« , sans rien ajouter. On utilise tellement ce mot au quotidien (avec la boulangère qui nous rend la monnaie, le passant qui nous tient la porte dans le métro…) que plus personne n’y fait attention. Du coup, il perd tout son sens et n’exprime pas vraiment l’ampleur de votre reconnaissance dans la plupart des cas.

Pour éviter le « merci » machinal, limite insignifiant, on précise la raison de sa gratitude. On remercie « pour » ou « de quelque chose« . En pratique, ça donne ça : « Merci mon amour pour ce délicieux repas« . Tout bête, mais tellement efficace !

  • Faire bonne impression au téléphone

Lors d’un premier contact téléphonique, permettre à son interlocuteur de cerner sa personnalité, l’aider à se faire une image de soi aussi proche de la réalité que possible.

Evitez de lui parler comme si vous l’aviez en face de vous, avec courtoisie et politesse. Car votre interlocuteur ne perçoit pas tout ce qui peut accompagner votre discours et témoigne de votre personnalité : sourire, mimiques, gestes… Bref votre langage corporel.

Traduisez vos émotions en paroles. Remplacez vos gestes, vos sourires, vos regards par des mots. Pour exprimer un sourire, dites « Tiens, c’est amusant« . Vous êtes suprise ? Dites-le carrément. Pour compenser l’absence de contact visuel, utilisez des « Je vois« , « Je comprends » ou mentionnez le nom de votre interlocuteur : une bonne astuce pour capter son attention.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Privacy Policy Settings