Les achats compulsifs

Les acheteurs compulsifs sont nombreux. Quelques conseils pour lutter contre cette addiction.

Les achats compulsifs

Si nous avons toutes une fâcheuse tendance à faire chauffer la carte bancaire dès qu’une jolie fringue nous fait de l’œil, certaines franchissent malheureusement la fine frontière qui sépare le shopping plaisir de l’ achat compulsif. 

Cette addiction se traduit par une obsession de l’achat, des dépenses fréquentes et répétées d’objets souvent inutiles et qui dépassent souvent ses capacités financières. 

Les personnes qui souffrent de cette addiction cherchent souvent dans leurs achats une consolation à leur mal-être et parent de vertus incroyables et symboliques un objet repéré (le rouge à lèvres qui rend sexy, la robe qui va les rendre superbe…). Mais après le moment d’exaltation, la déception est au rendez-vous suite à l’achat.  La quête effrénée de l’objet sauveur reprend de plus belle et l’on entre alors dans un cercle vicieux. 

Sitôt un it-bag fait la une au bras d’une star, sitôt est-il remplacé par un autre ! Un jour la mode est au jean à taille basse, le lendemain à taille haute. Un portable dernier cri en chasse un autre en un clin d’œil et les restaurants hype du samedi sont déjà ringards le lundi ! On est donc toujours tentées d’acheter plus pour suivre le mouvement.  

Les sites de ventes en ligne ont explosé ces dernières années. Plus la peine de se déplacer pour faire ses courses, en un seul clic, derrière son écran et sans avoir à sortir son portefeuille, on peut dévaliser une boutique on-line. 

< class= »MsoNormal » style= »margin-bottom: 12pt; line-height: 150%; »>Ces facteurs aggravent bien sûr le comportement des acheteurs compulsifs.

Quelques astuces pour être moins tenté par la folie dépensière:

  • Avant une virée shopping, on ne sort qu’avec de l’espèce dans son porte-monnaie. On contrôle ainsi mieux ses dépenses. 

 

  • On ouvre ses relevés bancaires, on consulte régulièrement ses comptes sur Internet et on apprend à mieux gérer son argent en se prévoyant une somme à dépenser pour le shopping sans jamais la dépasser.

 

  • Se poser les bonnes questions : A-t-on réellement besoin de ce nouveau rouge à lèvres? Va-t-on vraiment porter ce pantalon ? N’a-t-on pas d’autres besoins plus vitaux à régler : loyer, facture de téléphone, nouvelle chaudière ? Se sentira-t-on vraiment mieux après l’acte d’achat ? 

 

  • Face à son armoire, on fait les comptes. Avec ses 25 paires de tongs, on aurait pu s’offrir un week-end en thalasso. Contre ces 8 crèmes toutes entamées, on aurait eu droit à plusieurs soins en institut. Cela fait réfléchir… 

 

  • On part, sans moyen de paiement,  faire du lèche-vitrine pour le simple plaisir des yeux. Si l’on repère quelque chose qui nous plaît, on attend plusieurs jours pour savoir si cet objet nous manque vraiment ou si l’envie est passée. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Privacy Policy Settings